Justement Oser l’Éphémère
Savoir Agir, Commencer, Continuer et Obtenir

Accueil > L’association > Festival de cinéma de Douarnenez 2013

Festival de cinéma de Douarnenez 2013

mardi 3 mars 2015


A l’occasion de la tenue de ce festival dont le thème change chaque année, nous avons fait preuve d’une présence assidue, visionnant le plus grand nombre de films possible, qui pour certains resteraient confidentiels, s’il nous venait l’envie.

Nous avons aussi participé aux palabres du matin, aux débats sous chapiteau tous les soirs, rencontré différents acteurs nationaux. Les grandes fédérations nationales étaient présentes, des représentants des Roms d’ Europe de l’est, des juristes, des sociologues, des historiens etc... et bien sûr nos Roms français, Manouches, Yéniches.

LES FILMS VUS

  1. PAPUZSA de Joanna et Krzysztof KRAUSE - 2013 séance inaugurale du festival le 23 Août en avant première. Ce film, tourné en noir et blanc raconte la vie d’une femme tsigane. Jeune fille, elle apprend à lire grâce à un jeune gadjo qui se cache dans leur campement itinérant pendant 2 ans. Les poèmes qu’elle écrira lui seront envoyés alors qu’elle est mariée, très jeune à un homme déjà mûr, musicien, porté sur la bouteille. Stérile, elle élève un bébé qu’elle a trouvé après un massacre de Tsiganes par les troupes allemandes. Cette parution de ses écrits ainsi que l’expérience tsigane de son « instituteur » vaudront à Papusza l’exclusion de sa communauté, son passage à l’ asile de fous, la prison, 6 ans pour un vol de poules, alors qu’elle va sur ses soixante ans. Alors elle se retrouve obligée d’assister au spectacle de la mise en opéra de ses textes. Elle est de marbre. Ma critique : film tirée d’une histoire vraie, à l’image esthétique et à la bande son remarquables. Pour le reste le message subliminal que se cultiver pour un Tsigane, surtout une femme, amènerait une multitude d’ennuis, c’est amener de l’eau au moulin de certains rétrogrades, dont quelques évangélistes qui considèrent qu’aller au delà du CM2 est un danger potentiel pour les enfants. Allez le voir et revenez nous dire ce qu’il reste au-delà de l’exotisme et de la belle image...
  2. ZIGEUNER SEIN Documentaire Allemagne-Suède 1970 Ce film fait le point sur l’immédiat après-guerre pour les rescapés tsiganes allemands. Quant aux grandes villes allemandes toutes affublées de quartiers ghettos traversés par des égouts à ciel ouvert, comme c’est loin de l’idée qu’on se fait du pays phare de l’Europe actuelle. Saisissant, émouvant, de très forts témoignages de ces enfants devenus adultes qui ont tous perdu leurs familles dans les camps. Instructif.
  3. LE TERRAIN Documentaire 2013 Un groupe de roumains sur une friche à St Denis, qui monte son campement sous nos yeux et qui sera expulsé plus loin vers Stains... où c’est pas mieux. Témoignage de la situation aujourd’hui en Ile De France.
  4. ADRESSE PROVISOIRE : LES MOLINES Documentaire France 1977 Terrain de stationnement d’Angoulême, bien connu parce qu’un des premiers, filmé à ses débuts ; le béton partout, les blocs sanitaires affreux, les travailleurs sociaux à la fois gestionnaires et gardiens, et... la misère qui pointe. Toute une époque : pattes d’éph, bagouses et gamins chahuteurs et attendrissants. Une semaine d’immersion sur un terrain, filmée pour la télévision.
  5. MÉMOIRES TSIGANES, L’AUTRE GÉNOCIDE Documentaire France 2011 Étayé par nombre d’historiens, transversal à toute l’Europe, premier film à couvrir la tragédie des Tsiganes pendant la seconde guerre mondiale. La phrase du maire de Cholet qui survient cet été 2013 est lancinante dans nos têtes : « Hitler n’en a peut-être pas tué assez ». A voir absolument.
  6. THE GIPSY VOTE Documentaire Slovaquie 2012 S’il réussit, ce rom plus riche que les autres, plus instruit, plus intégré chez les gadjé, ayant épousé une sang mêlé, sera le premier de sa communauté à devenir un élu. Beaucoup de moment drôles et pathétiques, résultat du vote à découvrir !
  7. JIMMY RIVIÈRE Fiction France 2011 Le pentecôtisme vu de l’intérieur de la communauté. Plutôt schématique et pauvre, place des femmes à hurler, mais prestation « sur le fil » de la jeune actrice Hadja Nazri. Béatrice Dalle et Serge Riaboukine n’ajoutent pas grand chose. Peut-être que ça peut aider à comprendre le thème.
  8. DOULEURS CACHÉES Documentaire Roumanie-USA 2005 Comprendre les survivants roumains déportés et leurs quêtes d’aujourd’hui. Ils étaient pris entre les armées russe et allemande. Puis retour en Transnitrie. Un couple d’américains les aide à monter leurs dossiers administratifs aujourd’hui. Instructif.
  9. MEINE ZIGEUNER MUTTER Documentaire Autriche 1998 Film intimiste d’une fille qui filme sa mère octogénaire, rescapée des camps.« J’ai été élevée dans son angoisse et sa souffrance. Les enfants des survivants des camps vivent aussi l’enfermement, eux aussi ont besoin de se libérer ». Thérèse Rani auteur du film, fille d’un officier SS, qui supplia sa mère de l’épouser « à genoux ». L’enfermement dans les camps, l’enfermement de la mère revenue à la vie normale, l’enfermement des deux filles comme phases qui se répondent, tiroirs d’histoires familiales. Émouvant, à voir.
  10. GADJO DÉLIRE, LE LIVRE DES RECORDS DE SHUTKA Documentaire République Tchèque-Grèce 2005 Humour délirant à plusieurs degrés, auto-dérision du monde du voyage, satire religieuse, des concours en tous genres, de la boxe et évocation de l’homosexualité : du rare en monde gipsy. On avait mal au ventre de rire, la salle très peu, sans doute le public du festival vient-il essentiellement pour pleurer. Culte, à voir absolument.
  11. HAPPY NEW LIFE Fiction Hongrie 2007 Un gamin du voyage, enlevé à ses parents, placé en institution, découvre son dossier de placement au moment de son insertion dans la vie active. Comme disent nos collègues de « France Liberté Voyage » : marre de la victimisation. A déconseiller.
  12. GIPSY CARAVAN Documentaire USA 2007 Film musical qui suit une tournée américaine de cinq groupes : Inde, Roumanie, Macédoine, Espagne, France et relate aussi la vie de chacun dans leur pays d’origine. Cinq ans de tournage de la réalisatrice. Superbe A recommander.
  13. LE MENSONGE Documentaire Allemagne 1987 Les regroupements de Tsiganes en Allemagne ont commencé dès 1936 jusqu’en 1942 où les convois partaient pour tous les camps de concentration. Les « experts » du régime nazi restent experts dans l’Allemagne d’après guerre. Ceux qui ont mis au point les techniques de marquage tsigane, par toutes sortes de relevés de mesures physiques, deviennent les justiciers du dédommagement aux Tsiganes. La dé-classification récente de documents cachés est accablante pour les autorités. Très très forts témoignages. A voir absolument.
  14. ROMA BOYS THE LOVE STORY Documentaire République Tchèque 2009 Petit film sur l’homosexualité dans le monde rom. On peut s’en passer facilement.
  15. KENEDI RENTRE À LA MAISON Documentaire Serbie 2003 Les Roms ballotés dans l’UE, réfugiés à l’Ouest pendant la guerre, renvoyés en Serbie et Monténégro. Moyen.
  16. A DAY WITH THE GYPSIES Documentaire Grande Bretagne 1906 6 minutes de caméra subjective. Muet. Malgré l’ancienneté du propos et l’intérêt historique donc, on peut se demander quel est le but recherché ; c’est gros comme une maison : voilà quelques acteurs qui « font les tsiganes ».
  17. HISTOIRE DU CARNET ANTHROPOMÉTRIQUE Documentaire France 2012 Capital pour comprendre le contrôle social et administratif des populations itinérantes dès 2012 en France et jusqu’à nos jours, où l’exception juridique est au cœur de la république. Bon docu
  18. GYURI Documentaire Hongrie 1977 Docu fiction ; le film traite de la discrimination au travail. Oui, enfin, ils trouvent du boulot et de l’hébergement, vu avec les yeux de maintenant on a donc reculé ? Les conditions de vie des habitants des ghettos à Budapest, c’est beaucoup moins drôle : repartir dans son village, revenir à la ville, ou partir plus loin vers l’Europe, déracinement toujours. Sympa.
  19. VENGO Fiction France 2000 Premier film sur, avec et pour le flamenco. Du Gatlif grand cru.
  20. IL PLEUT DANS MON VILLAGE Fiction France-Yougoslavie 1968 Avec Annie Girardot ! En institutrice un brin salope et d’après Dostoïevski. La jeune muette, le porcher protecteur, l’aviateur en carafe, l’ instit, les habitants vengeurs... Un mélo comme on les aime.
  21. 12 h 08 À L’EST DE BUCAREST Fiction Roumanie 2006 Premier film fauché et déjanté ; art du grotesque et de l’absurde, lucidité sociale et politique puissantes autour d’une question lancinante : ces Roumains là ont-ils investi la place principale de la ville avant ou après le départ de Ceaucescu ? Caméra d’or Festival de Cannes 2006 : ne boudez pas votre plaisir.
  22. JUST THE WIND Fiction Hongrie 2012 S’inspirant d’un fait divers sordide, ce film du quotidien d’une famille d’origine rom dont le père est parti travailler au Canada, qui fait tout pour le rejoindre loin du racisme crasseux des villageois, nous plonge au cœur du quotidien de Rio, le jeune garçon qui tente de se protéger comme il peut de la violence ambiante. Celle-ci explosera dans le calme apparent du ghetto des cabanes dans les bois et nous clouera au siège. Voir ce film au moment précis où les auteurs des faits « ont été trop lourdement condamnés » dixit les autorités présidentielles hongroises, c’est se confronter en première ligne à la violence raciste. Elle nous concerne au plus haut point, lorsqu’en France tous les gouvernements successifs parlent (et agissent) de la « question rrom ». Nous devrions entendre cette question comme « torture » en référence à l’ouvrage de Henri Alleg pendant la guerre d’Algérie : « la question ». Ours d’Argent au festival de Berlin 2012, Prix du Jury au Festival Paris Cinéma 2012. S’il n’y avait qu un seul film à voir ce serait celui là : le plus fort, le plus enraciné dans la réalité, le plus dérangeant.

LES PALABRES DU MATIN

Chaque matin vers 10 h pour une mise en jambes efficace, nous avons participé aux échanges après conférence sur les thèmes suivants :

  1. 24 août : Aperçu sur la diversité tsigane avec Patrick Williams, directeur du laboratoire d’anthropologie urbaine au CNRS.
  2. 25 août : Tsiganes et Voyageurs : histoire de Coray et de l’internement en Bretagne avec Alain Daniel, passionné d’histoire locale, recherche dans les archives des camps de concentrations des nomades en Finistère, Marie-Christine Hubert, historienne, Régis Laurent, chargé de mission Gens du Voyage préfecture du Finistère.
  3. 26 août : Manouches, acteurs de l’Histoire avec Dany Peto-Manso, Mouvement Confédéral Tsigane, Nicki Lorier, Comité National d’ Entente, Mario Lussi, idem, Vincent Nara Ritz, France Liberté Voyage, directeur du CEFD (Centre Européen de Formation aux Diversités).
  4. 27 août : Une histoire de l’art tsigane avec Gérard Gartner, écrivain tsigane, « Carnets de route » prix Romanès 2007
  5. 28 août : Roms des Balkans, une histoire spécifique avec Borka Vasic, féministe responsable des programmes Rroms du Centre Régional pour les minorités de Belgrade, Laurent Geslin, géographe et journaliste, Kutjim Paçaku, journaliste et poète rom, Simon Rico, géographe diffuseur de musiques introuvables, Courrier des Balkans et France Culture.
  6. 29 août : Voyageurs, la résistance juridique, l’arme du droit, avec Olivier Le Mailloux, avocat à Marseille auteur de la QPC sur les titres de circulation, Marc Béziat, directeur ANGVC, Jean-Claude Peillex, forain, président de l’UDAF, (Union Défense Active Foraine) a engagé avec l’avocat ci-dessus un recours gagnant devant le Conseil d’Etat et une requête à la CEDH contre la France, qui a été condamnée.
  7. 31 août : Rroms migrants, initiatives et résistances avec Colette Lepage, qui a développé des projets maraîchers avec des familles roms de MONTREUIL-93, Jean-Luc Le Drenn,, maire d’ Indre en Loire Atlantique, dont la vie du village a été bouleversée par l’arrivée de 50 familles roms en 2009, Thérèse Leprêtre, co-fondatrice d’ Ecodrom 93, juriste, Jenica Teglas, rom roumaine 93, Laurent Geslin.

DEBATS SOUS CHAPITEAU CHAQUE SOIR

  1. 24 août : Ressort de l’antitsiganisme, stratégies de lutte avec Saimir Mile, La voix des Roms, Vasile Ionescu, fondateur du Mouvement Rom en 1990, auteur d’une dizaine de livres sur les Roms, Sasha Zanko, ANGVC, Gabi Jimenez, peintre engagé, créateur de l’affiche du Festival, Jean-Arnaud Derens, journaliste Courrier des Balkans.
  2. 25 août : Gens du Voyage, une histoire française avec Vinent Nara Ritz, Milo Delage, FLV, UFAT,Raymond Gurême, co-auteur du livre : Interdit aux nomades, Laurent El Ghozi, Romeurope, ancien président de la FNASAT.
  3. 26 août : De la mémoire aux politiques nationales d’aujourd’hui avec Gérard Baumgartner, historien, journaliste et professeur, Marie-Christine Hubert, Ciprian Neculan anthropologue, Laurent Geslin.
  4. 27 août : La langue romani : outil de communication et référence identitaire avec Saimir Mile, Stefka Stefanova Nikolova, écrivain : la vie d’une femme rom, Kutjim Paçaku.
  5. 28 août : Migrants économiques assignés à stigmatisation ethnique : le cas de la France, une politique d’aberrations avec Dragomir Covaci, rom roumain depuis 10 ans en IDF, ayant subi 17 expulsions, Mitko, rom bulgare, Olivier Peyroux sociologue, 7 ans « Hors la rue » et FNASAT, Alex Le Cleve, juriste Romeurope.
  6. 30 août : Femmes romni d’Europe, des engagements singuliers avec Francine Schutt Jacob, UFAT, déléguée nationale du Forum européen des Roms et Gens du Voyage (FERV), Katalin Barsony, journaliste hongroise, Dolores Fernandez, fondatrice de l’ association féminine gitane nationale (ROMI), Borka Vasic, féministe, Claire Cossée, sociologue.

Voilà ; on n’a pas tout vu, mais on n’était pas nombreux. (Le programme est à découvrir dans son intégralité ici). Riches rencontres, mettre un visage sur les noms et sur les voix qu’on a l’habitude d’entendre au téléphone, bibliothèque abondante, expos de photos, projets de revoyure et concert de clôture endiablé, en tout 8 jours hors du monde poussif dans l’été 2013 de tous les dangers : la parole d’Estrosi et de Bourdouleix, les maires indignes que Justice absout.

Vous pouvez vous accompagner de musique ici.